Entretien avec Eric Sadin - 5G : « la marchandisation intégrale de la vie »

Philosophe, écrivain et enseignant, Éric Sadin est l'auteur de plusieurs ouvrages qui explorent les mutations décisives liées aux évolutions technologiques et numériques de notre époque. Entretien.


Quel modèle de société préfigure le déploiement de la 5G actuellement défendu par le gouvernement ?

Ce modèle de société est à l'œuvre depuis longtemps. Nous en atteignons juste un nouveau seuil, du fait d'une plus grande rapidité des connexions permise par la 5G. Les gens, du reste, auraient pu aussi bien se mobiliser contre la 3G ou la 4G, car cela signifiait, à chaque fois, une augmentation du rayonnement électromagnétique. Un sursaut a lieu maintenant, au début de ces années 2020. Elles constituent donc un marqueur temporel d'une prise de conscience partielle des excès et des dérives d'une industrie numérique qui ne cesse de s'immiscer dans nos existences individuelles et collectives. Cela s'inscrit dans une histoire qui est déjà à l'œuvre depuis une quinzaine d'années : celle de l'extension des services via des systèmes numériques. Et l'histoire de ce que j'ai nommé la « marchandisation intégrale de la vie », c'est-à-dire l'émergence d'applications destinées à nous offrir des services devant satisfaire tous nos désirs, à tout instant de notre quotidien. Cela s'inscrit aussi dans une volonté d'hyperoptimisation de la société où, de plus en plus, aux fins de vouloir éviter la moindre anomalie ou défaillance, quantité d'actions sont gérées par des systèmes numériques. Que, dans tous les secteurs de la vie, l'hyperoptimisation ne cesse de prévaloir, constitue le modèle d'une organisation algorithmique et d'une marchandisation intégrale de la vie. La 5G n'instaure pas ce modèle, elle le consolide, et n'est que la partie visible de l'iceberg.


Rapidité, ultraconnectivité, réactivité en temps réel. Cette avancée technologique permettra l'accélération de la collecte de données, la montée en puissance de l'intelligence artificielle… Qu'est-ce qui se joue ? Avec quels risques ?

Ce qui se joue, c'est que, de plus en plus, des systèmes orientent l'action humaine en vue de signaler, en continu, des services et produits adaptés individuellement à chacun d'entre nous. Or, cela a un impact sur l'autonomie de notre jugement, sur notre faculté à pouvoir décider, librement et en conscience, de nos actions. Et ce, sans recevoir continuellement des notifications sur telle chose à acheter, tel restaurant à fréquenter, tel chemin à emprunter. C'est une pression incessante, imposée par un nouveau modèle économique qui affine de plus en plus la connaissance de nos comportements et qui entend continuellement orienter le cours de notre quotidien. C'est le cas de l'intelligence artificielle, par exemple avec les enceintes connectées qui nous disent les bonnes actions à entreprendre, acheter tel produit, écouter telle musique… Certes, on ne cesse de s'inquiéter de la protection de sa vie privée, du traitement des données personnelles et des risques d'atteinte à la liberté. Cependant, nous devrions tout autant nous soucier du modèle de société qui est en jeu. Celui où l'action humaine – individuelle et collective – est appelée à subir une pression constante opérée par des systèmes numériques toujours plus sophistiqués.


Vous dites que l'extension de capteurs tous azimuts, croisée à la puissance de l'intelligence artificielle, constitue l'horizon industriel majeur de la troisième décennie de notre siècle. Comment évolueraient le monde du travail et l'action syndicale dans votre projection ?

Ce ne serait rien moins que l'usine 4.0, entièrement pilotée par des données. Jusqu'ici, les lieux de travail étaient considérés comme des collectifs humains œuvrant en vue d'un même objectif et décidant, dans la pluralité et la contradiction, de modes d'organisation. Là, c'est une rupture. Cette usine 4.0 nouvelle génération repose sur deux principes technologiques majeurs : d'une part, l'extension des capteurs sur toutes les chaînes de conception et de production, et, d'autre part, des systèmes d'intelligence artificielle qui permettent une visibilité en temps réel de toutes les chaînes (conception, production, logistique, satisfaction client). De surcroît, il y a des systèmes capables, non seulement d'analyser le fonctionnement en temps réel de tout ce qui est mis en œuvre, mais aussi de dicter en retour les actions à entreprendre. C'est le cas, par exemple, des préparateurs d'Amazon ou d'autres entrepôts, qui reçoivent des signaux sur leur casque en fonction de leur localisation, des besoins, des commandes et des lieux où se trouvent les produits. Il y a là une sorte de robotisation de l'action humaine en entreprise… jusqu'au moment où ce seront des robots métalliques qui s'y substitueront. Pourquoi pas, me direz-vous, si c'est pour réduire la pénibilité ? Bien sûr, et de ce point de vue-là, tant mieux ! Mais le problème vient des modes de management que cela induit. C'est-à-dire que des personnes décident des cadences et des modalités d'organisation que d'autres personnes subissent sans avoir le droit à la parole, parce qu'elles les subissent de façon automatisée. Allez donc vous opposer à des équations algorithmiques qui assignent vos tâches, votre cadence, etc. Pis, d'autres métiers à haute compétence cognitive sont également appelés à être remplacés – ou en tout cas encadrés – par l'intelligence artificielle. Ce sera par exemple le cas des recruteurs, des avocats, des comptables, des radiologues… ce qui entraînera au passage la destruction d'une masse importante de compétences ayant pourtant nécessité de nombreuses années d'études.


Quel serait le rôle de l'action syndicale ?

En mettant en avant une certaine atténuation de la pénibilité, la doxa du progrès technologique a berné les syndicats. Ceux-ci n'ont pas suffisamment pris en compte les nouvelles modalités automatisées de management et d'encadrement de l'action humaine, non plus que leurs incidences. C'est pourtant fondamental, car cela pose la question de l'apport singulier et subjectif de chaque être au sein d'un collectif. Or, ces systèmes ont contribué, parfois de façon insidieuse, à une surhomogénéisation des pratiques de travail, à une réduction des actions à l'obtention de résultats automatisés qui doivent être produits continuellement. La robotisation des modes d'organisation en entreprise suppose une équivalence indifférenciée de tous les salariés, et presque une négation de l'apport subjectif et singulier de chacun. Toutes les actions doivent s'adosser à des résultats prédéfinis. Il n'y a plus de place pour l'ambiguïté, pour la singularité, pour la créativité de chacun. Le travail ne serait donc que la réalisation d'opérations entièrement prédéfinies ? Ce sujet est éthique et philosophique. D'où le besoin de témoignages, de contre-expertises, d'évaluations et d'études pour nourrir des mobilisations en vue de s'opposer à ce mouvement puissant qui s'est déployé. L'action syndicale a une mission historique de bataille pour l'amélioration des salaires, certes, mais l'évolution ultrasophistiquée des modes de travail me semble devoir – et ô combien – constituer un motif central de mobilisation.


Les risques sanitaires et écologiques du très haut débit de cinquième génération suscitent également le débat. Quels seraient-ils, selon vous ?

Il est difficile de se prononcer, pour l'instant, sur les études produites sur la 5G, souvent contradictoires et fort complexes. Il y a évidemment besoin de la plus grande transparence de la part de la puissance publique sur les risques sanitaires, mais aussi écologiques, générés par les ondes électromagnétiques et l'utilisation des serveurs. Mais au-delà de ça, l'heure est venue de ne pas nous contenter de seulement dénoncer la 5G et l'industrie du numérique. Il convient autant, maintenant, d'en analyser nos usages et d'être assez cohérents pour décider, individuellement et collectivement, de nous défaire de certains d'entre eux, quand bien même ils ne cessent de nous procurer un confort prétendu. Car, à vrai dire, la conscience ne se divise pas.


Source