A Paris, l'acte 45 des gilets jaunes anesthésié par la force

Plus de 7 500 policiers et gendarmes sont déployés dans la capitale, contrôlant et verbalisant à tour de bras depuis les premiers rassemblements du matin.

 

La démonstration de force n’a pas traîné. Il est à peine 9h15 sur une place de la Madeleine bunkerisée (la plupart des commerces sont fermés et calfeutrés) quand une cinquantaine de motos déboulent vrombissantes, surmontées d’une doublette policière sur le pied de guerre. A l’arrière, ces «voltigeurs» millésime 2019, le visage souvent masqué, exhibent leur équipement : matraques, lanceurs de balles de défense, caméras pour ceux chargés de filmer les visages des manifestants…

 

Un premier passage, puis un second pour toiser la foule, le ton est donné : celui d’un samedi encadré au millimètre par les forces de l’ordre, déployées au nombre de 7 500 dans la capitale. Les quelques dizaines de manifestants – gilets jaunes et organisations altermondialistes – voient leurs velléités de «convergence des luttes» mises à mal. A peine un attroupement se forme-t-il que les gendarmes mobiles interviennent pour rappeler l’interdiction préfectorale d’un rassemblement statique, en invitant tout le monde à se disperser.

 

Pour lire la suite

 

 

 

Please reload

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg