Fatih Mehmet Maçoglu : « Le socialisme, c’est préserver le vivant »

September 7, 2019

Entretien inédit pour le site de Ballast

 

« Mangez notre miel, vous deviendrez communistes ! » Fatih Mehmet Maçoglu, premier maire de l’histoire du Parti communiste turc, ne semble pas manquer d’humour. Ni d’énergie : dans la petite ville d’Ovacik, à l’est de la Turquie, il avait, à partir de 2014, mis en place des assemblées populaires et des coopératives, relancé l’agriculture, affiché le budget municipal aux murs de la mairie et instauré des bourses d’études à partir de la vente de pois chiches produits sur place. Le 31 mars 2019, il a été élu maire de la ville de Dersim (« Tunceli », pour l’État turc) — territoire historique, à majorité kurde, de résistance et de répression. À peine rentré d’une tournée des grandes villes du pays pour échanger avec d’autres élus municipaux, et quelques jours avant les nouvelles arrestations de maires de l’opposition (HDP) menées par le pouvoir en place, le militant a répondu à notre appel téléphonique.

 

Extrait

 

Dites-nous en davantage sur le programme politique que vous comptez mettre en œuvre…

 

Dans la pensée marxiste, un programme a toujours un avant et un après. Vous devez partir d’un terrain, de la connaissance d’un territoire, de ses spécificités, de sa population et de ses besoins. C’est ce qui va constituer votre programme politique : celui qui voudra répondre aux besoins concrets. Les résultats d’un tel programme ne peuvent être déclarés qu’une fois que ce processus d’état des lieux et de discussions collectives a eu lieu — que ce soit en Turquie ou ailleurs. Quelle que soit la ville du monde où nous, communistes, serions au pouvoir, ce qui nous importe en premier lieu c’est qu’une population développe ses propres forces et ses capacités d’autogestion. C’est la voix du peuple qui doit gouverner, avoir le pouvoir, au travers d’assemblées populaires démocratiques. Il nous importe que ces assemblées développent leurs forces et capacités d’autogestion. Des commissions se constituent actuellement au sein des assemblées populaires de Dersim, chacune travaillant sur des questions spécifiques — dont celle de l’égalité homme-femme. La lutte pour l’égalité des genres est centrale pour nous. Pour ça, il est fondamental que les femmes puissent se trouver en situation de prendre des décisions. C’est très concret. Les femmes vont décider elles-mêmes des politiques à mettre en œuvre : personne d’autre ne saurait le décréter pour elles. Les besoins vitaux des populations sont également notre priorité : qu’il s’agisse de l’accès à l’eau, aux transports, à l’hébergement, la santé, l’éducation, la culture, la liberté de croyances, la langue maternelle (qui est un enjeu ici), toutes ces questions sont travaillées collectivement. D’ici trois à quatre mois, une nouvelle équipe de cadres, issue de la population et de ces assemblées, sera en mesure de gouverner.

 

Pour lire l'article

 

 

 

Please reload

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg