Récupérer la richesse des milliardaires

August 27, 2019

Au-delà des modèles économiques classiques, Vince Taylor voit de vastes fortunes privées qui appartiennent surtout à la société dans son ensemble.

 

Des centaines de commentateurs ont averti que la concentration extrême de la richesse menace la démocratie et la stabilité sociale. Il ne se passe pas un jour sans qu’un nouvel article ne donne des détails sur l’augmentation sans précédent de l’inégalité des revenus et ses conséquences désastreuses.

 

Mais il manque quelque chose. Personne ne propose de mesures qui priveraient de leur richesse les quelque 600 milliardaires américains et les 20 000 familles comptant des centaines de millions de personnes. Pourquoi pas ? Apparemment, il existe un accord tacite selon lequel même les plus riches gagnent leur argent, et il serait donc immoral et anti-américain de le leur enlever. Les riches mettent sans aucun doute cette idée en avant, mais alors pourquoi est-elle si universellement acceptée ?

 

Une suggestion repose sur le fait que nos modèles économiques ne fournissent pas d’explication alternative à l’accumulation de richesse. Les modèles classiques considèrent la production comme une fonction du capital, du travail et du progrès technique. Il n’y a pas de place dans ces modèles pour les gigantesques et immérités profits qui vont à quelques-uns. Il découle logiquement de ces modèles que ceux qui acquièrent de grandes fortunes doivent avoir des dons exceptionnels. Ils méritent leur fortune.

 

Au-delà des modèles classiques, il est clair que ceux qui ont accumulé de grandes fortunes ne les ont en aucun sens gagnées. Ils se sont appropriés des richesses qui appartiennent pour la plupart à la société dans son ensemble. Il y a des arguments solides et logiques pour que le gouvernement fixe des taxes à toutes les grandes fortunes jusqu’à un niveau que la société considère acceptable.

 

 

Pour lire la suite

 

 

 

Rendre inaliénables les biens communs par Ugo Mattei, Le Monde Diplomatique (lecture complémentaire)

 

Comment protéger la propriété collective lorsque, pour « équilibrer » leur budget, des gouvernements bradent les services publics ou dilapident les ressources naturelles ? Forgée dans le monde anglo-saxon et développée dans des pays aux Etats peu centralisés comme l’Italie, la notion de « biens communs » propose de dépasser l’antinomie entre propriété publique et propriété privée. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg