IL FAUT PASSER À L’ACTE

Chaque manifestation des Gilets Jaunes est désignée comme un « acte ». Et chacun de ces actes porte un chiffre, indiquant les samedis passés dans la rue depuis novembre 2018. Certains et certaines Gilets Jaunes ont inscrit au marqueur noir sur leurs gilets, samedi après samedi, chacun de ces actes : Acte I, II, III, etc.

 

Ça ressemble à une pièce de théâtre : la comédie est en trois actes, la tragédie en compte cinq. Pourtant, le mouvement des Gilets Jaunes est autre chose qu’un spectacle.

 

Ce serait même le contraire du spectacle. En allant manifester sur les Champs Elysées et dans les beaux quartiers de l’Ouest parisien, les manifestants dénoncent par leur seule présence la violence des écarts économiques qui séparent les uns des autres, les riches des pauvres, ceux qui décident de ceux qui subissent, ceux qui décident d’ignorer de ceux qui paient le prix de cette ignorance. Habituellement séparés par les prix de l’immobilier, voilà soudain les Gilets Jaunes qui défilent face aux lieux de pouvoirs [1], devant les belles terrasses où s’attardent le bourgeois supérieur de droite, sous les balcons des plus aisés macronistes. La présence des Gilets Jaunes, plus encore que leurs slogans, semble crier : le monde dans lequel vous vivez est un mensonge et une falsification de la réalité. Vous occultez notre présence, pourtant bien réelle dans ce monde. Nous sommes là pour combattre ce mensonge et pour le faire tomber, afin de pouvoir exister.

 

Pour lire la suite

 

 

 

Please reload

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg