La stratégie juridique de l’État pour empêcher de manifester

Samedi, 1.723 personnes ont été interpellées en France dans le cadre de la mobilisation des gilets jaunes. Derrière ce nombre effarant, l’infraction de « participation à un groupement en vue de participer à des violences ». Qui traduit la tendance grandissante des gouvernements à limiter la liberté de manifestation.

 

« On n’a même pas eu le temps de faire un pas en direction des Champs-Elysées, on s’est fait arrêter, allez hop, parquet, treize heures trente de garde à vue ! A seize ! Pour tous la même raison : masque à gaz. » Ce témoignage de gilet jaune, diffusé lundi 10 décembre par LCI, est semblable à des centaines d’autres. Samedi 8 décembre, 1.723 personnes ont été interpellées dans toute la France dans le cadre de l’acte IV de la mobilisation des gilets jaunes ; parmi elles, 1.220 ont été placées en garde à vue. A 21 h, à Paris, 1.150 personnes avaient été interpellées, dont 354 avant 10 h du matin.

 

Pour lire la suite

 

lecture complémentaire : POUR UN RETOUR À LA SÉCURITÉ, LA SALUBRITÉ ET LA TRANQUILLITÉ PUBLIQUES

 

 

 

Please reload

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg