A
André Gorz, Lundi matin
Écrivain