• ASAV

Que se passe-t-il dans la tête de Macron? Sait-il ce qu'il fait? Que veut-il au juste?

Mis à jour : oct. 31

Ces questions, tout le pays se les pose, à part peut-être quelques initiés ou commanditaires, les nantis comme les sans dents, surtout après l’annonce, toute en douceur et délicatesse, du second confinement qui va nous achever, avec l'habituel mélange lénifiant de vérités, de mensonges, de contradictions et d'autosatisfaction.


Entre parenthèses, et sans vouloir faire une comparaison hasardeuse qui pourrait me mener en prison, car notre élite adore la liberté d’expression tant qu’elle n’en fait pas les frais, notez que sous l’affabilité de Pol Pot, sous l’exquise courtoisie qui le faisait apprécier de tous, se cachait un idéologue psychopathe qui n'a pas hésité à sacrifier des millions de vie pour libérer son pays des séquelles physiques et morales de la colonisation, et restaurer son prestige passé, sur le modèle de la glorieuse civilisation de l’Empire d’Angkor. Je ne sais pas si Macron finira par faire autant de dégâts, cela dépend de sa réélection, mais nous savons désormais que sous ses manières doucereuses et son amabilité de surface, se cachent une grande dureté de cœur, un cynisme triomphant et une totale absence de sens commun.


Pour revenir à nos moutons, c’est le cas de le dire, il fallait voir la tête des habituels suppôts du pouvoir réunis sur les plateaux TV à la fin du discours de leur maître vénéré. Ils étaient atterrés, assommés, incrédules et perplexes. Pour une fois, ils doutaient ; pour une fois, ils ne savaient plus quoi dire, mais on pouvait les entendre penser : Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu'est-ce qu'il fout ?


Trois hypothèses se disputent le terrain :


--- Macron est fou, comme semble le penser Erdogan qui lui a enjoint d’aller « faire des examens de santé mentale ». Il agit et réagit au gré de ses caprices déments, délirants, comme Néron autrefois, en profitant du pouvoir dictatorial que lui donne la 5ième République.


--- Macron est en mission, comme il l’a expliqué lui-même à un cinéaste en 2016:


« Est-ce vous êtes en mission?

- Oui! ... Je n’ai jamais eu le sentiment que je faisais une carrière. Et depuis que je suis rentré dans le champ politique, je vis ça comme une mission.

- Il y a une dimension de spiritualité ? relance alors le réalisateur du documentaire, derrière la caméra, Pierre Hurel.

- Il y en a une. Et en tout cas la conviction qu’il existe une transcendance, oui. Quelque chose qui dépasse. Qui vous dépasse. Qui vous a précédé, et qui restera. »

--- Macron veut tout simplement se faire réélire et il profite, au coup par coup et sans le moindre scrupule, de ce qui lui permet de se faire passer pour le Sauveur de la nation. Le covid-19 est une opportunité formidable de mettre le pays au pas, de se dédouaner de tout le mal qu’il a fait aux Français et à la France en le mettant sur le dos de l’épidémie, et de distribuer des milliards d’argent magique à de potentiels électeurs, une forme de clientélisme à grande échelle.

Personnellement, je dirais que c’est un peu des trois, car il faut être fou pour se croire investi d’une Mission quasi divine et il faut détenir le pouvoir, et un pouvoir quasi absolu, pour espérer la mener à bien…


Mais pour en avoir le cœur net, je me suis tournée vers l’Actu en continu du Collectif du même nom qui fait une revue de presse de gauche sur Mediapart.


Je la consulte chaque jour depuis pas mal de temps, ce qui m'a permis de me rendre compte que cette revue offre, à chaque édition, un très bon instantané de la politique nationale et internationale. L'édition des 28 et 29 octobre 2020 ne fait pas exception et je l'ai utilisée pour vérifier mon hypothèse. A partir de ces articles apparemment disparates, une politique se dessine, une logique apparaît, un dessein se précise, comme des petites lumières éparpillées s'unissent pour produire une grande clarté. Cela m'a permis de dresser un tableau de la situation en France et de mieux cerner les objectifs de Macron et de "L’aristocratie stato-financière", comme Emmanuel Todd appelle les hauts-fonctionnaires qui dirigent le pays et dont Macron est la quintessence.


1. "L'aristocratie stato-financière" étend ses tentacules


Selon un article de l’IREF intitulé Quand les professions libérales implorent le joug de l’État « la machine macronienne poursuit pourtant de manière méthodique sa politique illibérale tendant à renforcer sans cesse l’emprise de l’Etat sur la société. »


Cette fois, ce sont les régimes d’indemnité maladie qui seront étendus aux professionnels libéraux. Macron en rêvait sans savoir comment y parvenir. Le Covid-19 lui en offre l’opportunité, au prétexte que « pendant la crise sanitaire, bon nombre de professionnels, tels des infirmières, des avocats, des architectes, ont été empêchés de travailler. »


2. "L’aristocratie stato-financière" se débarrasse des organismes de contrôle indépendants

Cette fois, c’est l'Observatoire de la sécurité des établissements scolaires. Le Café pédagogique s’en indigne en titrant : Ils ont osé !


3. "L’aristocratie stato-financière" ne respecte pas les lois


--- Selon la Quadrature du Net, la police continue sa surveillance par drone malgré une interdiction :

« Malgré une interdiction prononcée par le Conseil d'Etat en mai dernier, la Quadrature du Net affirme que les forces de l'ordre continuent d'utiliser des drones pour capter des images lors de manifestations. Pour enjoindre le préfet d'arrêter cette pratique, l'association vient de déposer un référé devant le tribunal administratif de Paris. »


--- Selon les Echos, les heures supplémentaires de la fonction publique ne sont toujours pas payées: 41,5 millions d'heures supplémentaires « stockées » dans la police et à l'hôpital selon la Cour des comptes.


4. "L’aristocratie stato-financière" continue de détruire méthodiquement les services publics


--- Le Café pédagogique, écœuré, en est réduit à faire de l’humour noir : « "Choyée" par le gouvernement, "priorité" du président de la République, l'éducation connait pourtant une baisse constante dans la dépense du pays. C'est ce que montre une Note de la Depp. Elle ne représente plus que 6.6% du PIB national contre 6.8% en 2017 » et « le salaire statutaire des enseignants français du primaire et du secondaire est inférieur de 18% à la moyenne des pays OCDE. »


--- Selon le Dr Prudhomme interrogé par Le Média dans une vidéo intitulée Covid-19 : Nouveau naufrage sanitaire, en mars, il y avait 5000 lits de réanimation, malgré la promesse d’en avoir 12 000 lors de la « deuxième vague », il n’y en a toujours que 5000 et l’hôpital fonctionne toujours à flux tendus, c’est-à-dire sans réserves et sans stocks.


5. "L’aristocratie stato-financière" fait exploser la dette


« Les milliards de soutien à l’économie propulsent l'endettement de la France à des niveaux record. Dans quelle mesure cette dette est-elle gérable ? Faudra-t-il un jour rembourser tout cet argent ? » La réponse avec Jacques Sapir

6. "L’aristocratie stato-financière" fait exploser la pauvreté

Comme l’explique très bien Bastien Lachaud dans la vidéo : Pas de politique sanitaire sans solidarité sociale.


--- Les tarifs augmentent « Gaz : une hausse de 1,6% des tarifs réglementés d'Engie en novembre » et se libéralisent : « La loi prévoit l'extinction progressive d'ici à 2023 des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz. Engie a de ce fait cessé de commercialiser des contrats de ce type, mais continue pour l'instant d'appliquer ces tarifs aux consommateurs en bénéficiant déjà. À l'avenir, il ne restera plus que des offres dites de marché, aux prix fixés librement par les fournisseurs. »


--- Par contre, « Les règles du chômage partiel classique se durcissent à partir du 1er novembre. Les salariés et les employeurs seront moins bien indemnisés. C'est le deuxième tour de vis depuis le début de la crise. »


--- Et les mesures anti-pauvreté ne convainquent personne :


« Selon l’association ATD Quart Monde qui réclamait l’augmentation des minima sociaux, les choix de l’exécutif relèvent d’un “mépris” et d’une “logique éculée consistant à opposer les bons pauvres, à qui l’on donnerait un coup de pouce pour les aider à retrouver le marché de l’emploi, et les mauvais pauvres, à qui l’on distribuerait des miettes.


Pas davantage écouté par le gouvernement, Laurent Berger le secrétaire général de la CFDT, réclamait pour sa part une hausse de 100 euros du revenu de solidarité active (RSA) et la création d’“un RSA pour les jeunes” de moins de 25 ans. »


7. Pour faire passer la pilule, "l’aristocratie stato-financière" a une potion magique : le dialogue social


« Le dialogue social représente le meilleur antidote à la crise » titre BFM, citant « le chef du gouvernement » qui se tient prêt apparemment à endiguer « une vague de plans sociaux » (euphémisme néo-libéral pour licenciements et chômage), grâce à sa maîtrise parfaite de la communication.


8. "L’aristocratie stato-financière" a aussi des mercenaires zélés pour détourner notre attention


--- En nous faisant croire que c’est pire ou pareil ailleurs


Le Soir titre : Semi-confinement dans une Allemagne qui a perdu le contrôle du coronavirus » alors qu’en réalité l’Allemagne va fermer simplement ses restaurants et ses centres sportifs et culturels.


--- En nous faisant croire que le confinement a pour but de « sauver Noël »


Nous on a compris et on se soumet de bonne grâce, mais les Italiens qui sont des idiots irresponsables se rebellent.


--- En nous faisant rêver débout


- Sur le proche démantèlement des GAFA : « La pression s’accroît pour que Google, Facebook ou Apple soient séparés en plusieurs entités pour limiter les entraves à la concurrence. Sur le papier, les solutions sont simples. Mais les géants de la tech vont se battre ». Sans blague ?


- Ou sur une UE unie et protectrice. L'UE propose un renforcement coordonné de la lutte contre le coronavirus, selon la Tribune.


--- En nous désignant des boucs émissaires : les musulmans, cela va de soi et désormais les islamo-gauchistes, alors que le vrai coupable, c’est, comme dit Hervé Kempf, le « capitalofascisme, qui abandonne les idéaux républicains de liberté, d’égalité et de fraternité pour maintenir un ordre inégal, destructeur de la biosphère, et écrasant les libertés publiques. »


9. Le triomphe de l'hyper-capitalisme financier


Si "l’aristocratie stato-financière" incarnée par Macron, peut faire tout ce qu’elle veut, sans rencontrer d’opposition, n’est-ce pas parce que le monde de Macron, l’ordre mondial du 21ème siècle, a déjà triomphé, comme le dit Olivier Passet ?


« Nous ne sommes pas aujourd’hui à la fin d’un monde, mais bien à son apogée … Jamais le grand rêve de la finance de marché de reporter les risques sur les autres agents, et notamment sur les personnes et de s’immuniser contre les aléas de l’économie réelle n’a atteint un tel degré. Si l’on veut avoir une preuve, il suffit de regarder les cours de bourse et tout ce qui a été mis en œuvre pour obtenir un résultat aussi improbable … Les fonds de gestion d’actifs ont plus que jamais la main sur les choix d’investissement, autrement dit sur la construction du monde de demain. »


10. Alors c’est quoi la Mission de Macron ?


Ne peut-on pas conclure de tout ce qui précède que la Mission de Macron - et de l’aristocratie stato-financière française - est de nous « émanciper » de nos acquis sociaux, de nos protections sociales et de nos libertés, pour que, dépouillés de ces encombrants archaïsmes, nous puissions enfin entrer au paradis de « l'ordre mondial du 21ème siècle » qu'il nous a promis, un ordre dominé par le Grand Capital financier et technologique dans lequel nous serons tous ubérisés, vaccinés, tracés et robotisés pour notre plus grand bien ?

C'est la Mission quasi-transcendantale que Macron s'est donnée, et il l'accomplira quoiqu'il nous en coûte, soyez-en sûrs.


Dominique Muselet



Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg