• ASAV

Nouvelle racaille ouvrière - RP Dimanche

Il est 5h, Belliard s’éveille. Au cours de la longue mobilisation des machinistes de la RATP, le dépôt de bus du 18ème arrondissement a reconduit quotidiennement ses piquets, foyer de lutte et de fête. Protagoniste de la grève, une nouvelle génération de travailleurs des quartiers, Blacks/Blancs/Beurs, est appelée à faire sentir sa présence dans l’avenir des luttes de classes en France.


« MR en colère, la retraite n’est pas une tombola à points ». C’est ce que l’on peut lire sur une banderole suspendue devant l’entrée du dépôt de bus de Belliard, dans le 18eme arrondissement de Paris. « MR », c’est-à-dire « machinistes-receveurs ». Dans le jargon de la RATP, ce sont les chauffeurs des bus qui, à Belliard comme dans les autres centres, ont impulsé, animé et porté la grève contre la reforme des retraites pendant près de deux mois. Et si la banderole délavée par sa longue exposition aux quatre vents commence à perdre de sa fraicheur, les grévistes, qui aujourd’hui ne sont plus en grève illimitée, retournent néanmoins souvent sur le piquet pour les grosses journées de mobilisation en attendant et en espérant que le mouvement trouve un nouveau souffle. La reprise du boulot, au moment où les fiches de paie de janvier -parfois à moins de 5 euros- commencent à tomber, a été pour beaucoup plus dure que la grève. Et même si la philosophie des temps forts ne convainc pas grand monde, voire déplaît davantage qu’elle ne plaît, les nouvelles journées de grève permettent au moins aux grévistes de se retrouver à nouveau sur le piquet.


Pour lire la suite





Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg