• ASAV

Médailles d’honneur et dons de congés : l’hôpital se moque de la charité du gouvernement

Après avoir été applaudis sur les balcons, portés aux nues par les artistes et transformés en héros par le chef de l’État, voilà les personnels soignants honorés symboliquement... Ils devront cependant encore patienter pour voir leurs salaires, parmi les plus bas d’Europe, augmentés et la masse d’heures supplémentaires accumulées payée.

...

Les infirmiers français parmi les moins biens payés en Europe


... Emmanuel Macron s’est finalement engagé, lors de sa visite, à revaloriser les rémunérations et les carrières.« Il faut travailler sur une hausse des salaires des soignants, au-delà des primes »,a confirmé le ministre de la Santé Olivier Véran, dans leJournal du Dimanche. La rémunération des personnels soignants de l’hôpital public est l’une des plus basses d’Europe. Une infirmière française gagne en moyenne 6 % de moins que le salaire moyen de son pays. Sa collègue espagnole perçoit 29 % de plus, l’Allemande 13 % et l’Italienne 5 %, selon une étude de l’OCDE.

...

Congés payés et heures supplémentaires, un droit menacé


... Acquis de longues luttes, généralisés sous le Front populaire en 1936, les congés payés ne sont ni une faveur ni une récompense mais un droit.« Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l’employeur », stipule le Code du travail. Or ces droits ne sont pas toujours respectés par l’État employeur.

...

Un million de jours de congés accumulés


Travailler sans rétribution financière est plutôt fréquent dans le milieu hospitalier. En 2019, la CGT a révélé que les hôpitaux marseillais devaient 800 000 heures de travail non payées ou de congés non pris. À l’AP-HP, on ne compte plus en heures mais en jours. Selon les calculs de plusieurs syndicats, les 77 000 salariés auraient cumulé plus d’un million de jours en quinze ans. « Pour les récupérer, il faudrait fermer l’équivalent de la Salpêtrière [et ses 1700 lits] pendant un an », s’exclame Olivier Youinou de Sud-Santé. « La vraie dette de l’hôpital est là. »

...

La solidarité des travailleurs, c’est la cotisation sociale


Pourquoi n’est-il pas appliqué dans la fonction hospitalière ? Le centre hospitalier des Deux-Sèvres a été condamné en octobre 2019 à payer 568 000 euros d’heures supplémentaires à 20 infirmiers anesthésistes. Avant d’en appeler à la générosité des français, le gouvernement pourrait commencer par une chose simple : appliquer la loi en rendant leur dû aux travailleurs.


D’autant que la solidarité entre les salariés existe déjà en France. Cela s’appelle la cotisation sociale. Celle-là même dont le gouvernement a exonéré les entreprises pendant la période de confinement, pour un montant de plus de 3 milliards d’euros. Cette part du salaire brut participe aux recettes de la Sécurité sociale qui elle-même finance à hauteur de 75 % l’hôpital public, malgré les politiques de restriction budgétaires. C’est précisément cette cotisation-maladie, dont le taux est passé de 8 % du salaire en 1945 à 16 % en 1979, qui a permis la création de notre système de santé publique tant reconnu. À cette époque, les soignants n’étaient ni décorés d’une médaille, ni applaudis. Les personnels soignants appellent à une première journée de mobilisation le 16 juin.


Pour lire l'article de Bastamag




Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg