• ASAV

Le véritable coût du capital - Frustration

Les tenants du capitalisme nous donnent souvent à entendre une petite musique comme quoi les actionnaires seraient nécessaires au bon fonctionnement de notre économie. Les éditocrates et les politiques bourgeois préfèrent d’ailleurs parler d’investisseurs plutôt que d’actionnaires, afin d’insister sur leur noble rôle : ce sont des gens (aux poches bien pleines) dont l’existence garantit l’apport de fonds nécessaires à des entreprises (dans le besoin). Dans ce contexte, le marché des actions représenterait alors un lieu essentiel de financement de l’économie : des entreprises y émettent de nouvelles actions (créées des nouvelles parts de propriété de leur entreprise) ; des investisseurs les y achètent, en deviennent ainsi propriétaires, et donc actionnaires de l’entreprise.


Dès lors, comment oser s’opposer au marché des actions (à la « bourse ») et à ses investisseurs alors même que ce sont ces derniers qui permettent aux entreprises de se financer et de se développer ? Taxez-les davantage, et ils s’envoleront vers d’autres horizon telle une volée de moineaux et adieux l’investissement, bonjour le chômage ! Cette indignation, feinte par le patronat et par les « journalistes » économiques dès lors qu’un syndicaliste se risque à aborder la question du partage des richesses, est outrageusement mensongère. Cet article vous donnera les clefs de compréhension d’un gouffre financier inutile et néfaste à notre économie et dont on ne parle jamais : le coût du capital.


Pour lire la suite



Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg