• A l'encontre

Capitalisme. Le retour du tâcheronnage


Enchaîner les missions et les employeurs, jongler avec les factures de sa microentreprise et ses feuilles de paie de salarié… Il existe un mot tout neuf pour désigner ces travailleuses et travailleurs qui cumulent petits boulots et différents statuts: slasheur. Le capitalisme renoue ici avec l’un de ses péchés originels: ne rémunérer que l’activité purement productive. Et revenir aux XVIIIe et XIXe siècles, à l’époque de la proto-­industrie et des ouvriers payés à la pièce, travaillant depuis chez eux. Les employeurs avaient ensuite eux-mêmes refermé cette parenthèse en décidant de regrouper dans un même lieu de production ces manutentionnaires. La volonté de mieux contrôler leurs horaires et d’accroître les gains de productivité avait alors fait naître une nouvelle forme de subordination, mais aussi, avec elle, un syndicalisme et des luttes sociales à l’origine d’un droit du travail et de protections solides.

Marché du travail assoupli. C’est cette « rigidité du marché du travail » qui, depuis des décennies, est pilonnée par les promoteurs de la baisse du coût du travail. Pour ne pas avoir à s’acquitter des droits attachés à l’ancienneté (congés, formation…) ou pour répondre à des surcroîts d’activité, les employeurs ont pu compter en France sur un législateur obligeant. Intérim, CDD… Sur 45 millions de contrats de travail créés en France chaque année, 40 millions sont courts (83% d’entre eux durent moins d’un mois). Et ce sont essentiellement des chômeurs qui les occupent : sur les 6,3 millions d’inscrits à Pôle emploi, près de 2 millions d’allocataires travaillent.

Pour lire la suite

#Capitalisme #Précarité #Chômage #Uber

26 vues

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg