• SCOPFAIR

La métropole en guerre contre les quartiers populaires


Faut-il Zader le Grand Paris, comme Paul Delouvrier dans les années 1960, pour en finir avec la spéculation immobilière ? Alors que le prix moyen du mètre carré à Paris est de 10 000€, c’est l’ensemble de l’agglomération parisienne qui est victime des investisseurs. Ses quartiers populaires se gentrifient, repoussant lentement et toujours plus loin les populations les plus fragiles...

Le mot “Gentrification” vient de l’anglais “gentry” noblesse sans titre, lui-même issu du français “genterie”, de gent l’ancien singulier de gens, du latin gens, gentis. Il pourrait aussi se traduire par un “gentil embourgeoisement des quartiers populaires”, si cet embourgeoisement n’était en réalité ni gentil, ni bobo, ni bohème. Le phénomène de gentrification n’est pas nouveau, il côtoie aujourd’hui le processus de métropolisation, tous deux tiennent de la libéralisation de l’économie, la dérégulation du foncier. La métropole du Grand Paris n’y échappe pas. Ce mois-ci s’ouvre le Campus universitaire Condorcet à Aubervilliers, rassemblant une dizaine de grandes écoles et d’universités quittant le centre de la capitale. Avec elles s’annoncent la transformation des quartiers alentours et l’arrivée progressive d’une population d’étudiants et de chercheurs dans les logements encore abordables en Seine-Saint-Denis, écartant les populations fragiles qui y vivent. Prises dans ce processus de gentrification, celles-ci sont repoussées toujours plus loin, loin des centres, des équipements, des bassins d’emplois… accentuant ainsi les inégalités, la ségrégation sociale et le sentiment de déclassement.

“ Etre pauvre à Paris, c'est être pauvre deux fois. ” écrit Emile Zola dans La Curée (1872). La maxime demeure d’actualité : Paris et sa métropole constitue un territoire très inégalitaire.

Pour lire la suite

#Logement #Inégalités #Précarité #luttessociales

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg