• Vincent Devictor, Terrestres

Anthropocène, dis-moi, combien tu t’appelles ?


Extraits:

Dans le dernier rapport du WWF, comme dans les précédents, les choses sont claires. Ce rapport « informe sur la dégradation grandissante de nos écosystèmes et indique la marche à suivre pour rendre notre planète durable ». Sauf que. La marche à suivre est, dans ce même rapport, celle d’un cadrage systématique de la crise de la biodiversité en termes de services écosystémiques et de recherche de bien-être d’une humanité prétendument unifiée21, tournant le dos à l’analyse lucide des injustices, des inégalités et des responsabilités. La remise en question du modèle économique dominant, les approches non instrumentales de la nature, les injustices environnementales ou les relations de pouvoirs, ne font pas parties de la marche à suivre.

Politique de rapports, politique du report. Report dans le temps et report de responsabilités.L’entrepôt ((des chiffres sur l'anthropocène) est construit sur le mode de la sobriété politique, tout juste destinée à faire les vagues qu’il faut pour que l’on s’imagine que « la terre » et « l’humanité » sont surveillées constamment et correctement.

...

Ces chiffres devraient donc expliciter leur contenu, ne pas rester à l’état de contenant dépolitisé. Il y a, comme pour les mots, un euphémisme sournois du chiffre, un oubli et un non-dit qui l’accompagne.

Il est facile de réécrire certains mots communs pour expliciter ce qui est implicite dans l’Anthropocène29:

  • Déclin de la biodiversité ? Tir, empoisonnement, noyade, étranglement, délits.

  • Transformation des terres ? Prédation. Conquête. Profit. Impérialisme.

  • Pilotage de la terre ? Arrogance. Domination. Mépris.

  • Développement durable ? Hypocrisie. Idéologie capitaliste. Croissance infinie. Technophilie.

Certes, les chiffres se réécrivent moins facilement. Mais comme les mots, ils cachent des choses et des vivants qui ont un lieu et une histoire que leur regroupement en quantité globale laisse de côté. Une copie abstraite purement quantitative du monde s’est ainsi trouvée forgée. Simulacre d’un réel qui brouille les causes du désastre écologique dont nous sommes les témoins mais dont les effets et les responsabilités ne sont pas partagés.

...

Re-politiser les chiffres peut démarrer par approfondir leurs significations matérielle et biologique. Mais qu’il s’agisse de la construction d’un barrage, d’un aéroport, d’une zone commerciale ou d’un programme politique englobant, demandons-nous quel est l’agenda politique qui motive la destruction ou le dénie qui en résulte ? Il est temps de sortir de l’ombre des nombres. L’analyse des rapports de force, des relations de pouvoir, des lobbys et des idéologies aveuglantes demeurent un rempart à l’objectivisme déclamé et intimidant des chiffres.

Pour lire l'article

Pour compléter la lecture: Anthropocène ou Capitalocène? Quelques pistes de réflexion, Frédéric LEGAULT, 12 juin 2016

#Libéralisme #Science #Mondialisation #Alimentation

10 vues

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg