• Révolution

Le « grand débat », 1789 et le mouvement ouvrier


Le « grand débat » organisé par le gouvernement a un seul objectif : démobiliser les gilets jaunes. Puisque le gaz lacrymogène, les coups de matraque, les tirs de flashball et les interpellations n’y ont pas suffi, « place au dialogue ! » Le gouvernement nous dit : « au lieu de vous mobiliser dans les rues et sur les ronds-points, venez débattre ». Sinon, quoi ? Sinon : gaz lacrymogène, matraque, flashball, etc.

« Débattre », donc, mais de quoi ? « De tout ce qu’il vous plaira », assure le gouvernement. On voit mal, d’ailleurs, comment il pourrait empêcher les gens de dire ce qu’ils ont à dire, après les avoir exhortés à débattre. Mais l’essentiel est ailleurs. L’essentiel, c’est ce que Macron a signalé dans sa « lettre aux Français » : le peuple pourra bien débattre de tout ce qu’il voudra, mais le gouvernement ne changera rien à l’orientation fondamentale de sa politique économique et sociale. Or cette politique, on la connaît bien. C’était déjà celle de Hollande et Sarkozy. C’est le transfert du poids de la crise du capitalisme sur les épaules des travailleurs et des classes moyennes, dans le but exclusif de défendre les intérêts du grand patronat, ses profits, son pouvoir et ses privilèges. Or c’est précisément cette politique réactionnaire qui est à l’origine du mouvement des gilets jaunes.

Pour lire la suite

#Giletsjaunes #Révolution

1 vue

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg