• Alain Deneault à Ce soir ou jamais

la loi travail: un débat historique?


C'est vrai qu'il y a un problème de détresse au travail, les dépressions, les psychotropes... C'est majeur! Et une des raisons c'est qu'on n'a pas fait... et on aurait pu s'attendre - c'est très exigeant de parler de cela aujourd'hui -, à ce qu'un gouvernement de gauche tende vers cela...

On est à des années lumièrs de faire du travail un bien commun, de faire du travail un objet démocratique! Plutôt que d'abandonner le travail à ceux qui prétendent le créer, sous la forme d'emploi... Le travail qu'est ce que c'est d'un point de vue social? C'est penser la rencontre entre des dispositions, des compétences, des volontés, d'une part et d'autre part des besoins, éventuellement des aspirations collectives, Mais on en est pas là du tout! On en est à à dire à des gens: voilà vous allez vous conformer à une entreprise qui a pour visée, surtout quand il s'agit d'une multinationale, pour visée de satisfaire des actionnaires, avec des stratégies très dures, et on se trouve à faire n'importe quoi, à faire des tâches tout à fait absurdes : vous avez iun ingénieur qui va confectionner un matériau qui est destiné à se briser parce qu'on est dans l'ère de l'obsolescence et de la défaillance programmée, vous avez des designers qui vont imaginer une façon d'installer un bain tourbillon dans le jet d'un oligarque qui a les moyens de se le payer, vous allez avoir des pharmacologues qui vont concevoir des médicaments pour des malades imaginaires qui ont un pouvoir d'achat tandis que des indigents, eux, qui sont vraiment dans le besoin n'y auront pas droit et ainsi de suite et ainsi de suite, des sociologues qui font des recherches sur le public des casinos parce que le bailleur de fonds vient de cet horizon-là, et tant qu'on est face à une monde qui, je reviens sur l'expression, qui nous condamne à la médiocrité, c'est à dire à une absence de réflexion sur le sens même de ce qu'on fait, et en plus il faudrait être de bonne humeur, en plus on nous dit qu'il faudrait se sentir responsable, qu'il faudrait par nous-même deviner quelles sont les attentes des employeurs et de s'y conformer sans même que l'employeur ait à prendre ses responsabilités comme si on était dans une sorte d'horizontalité joyeuse, comme si tout le monde tirait dans la même direction, pour censurer une chose qui est le rapport d'autorité qui existe bel et bien entre un employeur et un employé et tout ça avec le sourire.

Pour voir ce très court extrait de l'émission Ce soir ou jamais (à 30 minutes 20)


0 vue

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg