• Pénélope

Affamez la grande distribution ! Créez votre GASE !


Pourquoi et comment créer votre GASE : Mode d'emploi ?

Observant que la grande distribution :

- détruit les commerces de proximité, - ne crée que des emplois inintéressants voire pénibles, souvent harcèle ses employés, les dresse les uns contre les autres (voir liens émissions radio plus bas !), - profite de l'argent public en se faisant payer pour "former" des stagiaires, qu'elle renvoie souvent dès la fin du "stage", bénéficiant ainsi de main-d'œuvre gratuite aux frais des contribuables, - bénéficie du soutien des municipalités, contrairement aux commerces de proximité, - étrangle les producteurs, parfois jusqu'à les ruiner, - participe à déresponsabiliser les consommateurs et à les déconnecter des producteurs,

- habitue les gens à se comporter en consommateurs passifs passant des heures à pousser un caddie en comparant des prix, - utilise des techniques commerciales qui trompent ses clients naïfs et leur fait acheter bien plus que ce dont ils ont besoin, et de ce fait n'est même pas bon marché, - favorise la délocalisation des entreprises, et donc participe à la mort de l'artisanat et de l'économie locale,

- fait une vie infernale aux transporteurs routiers, - ne vend que de la malbouffe ou du "bio" industriel (se renseigner sur les condition de travail des ouvriers agricoles dans les grandes exploitations, y compris en "bio"), donc développe une agriculture intensive nocive pour l'air qu'on respire, l'eau qu'on boit, - participe à favoriser la circulation automobile puisqu'elle installe de vastes centres commerciaux aux abords des villes, ce qui rend des quartiers périphériques invivables, - occupe les terres les plus fertiles (autour des villes), qui pourraient être cultivées par des paysans respectueux de l'environnement,

- va également dévaster paysages et économie de pays dont les gouvernements gagnent à l'installer chez eux,

- pollue l'espace visuel avec ses panneaux publicitaires, de surcroit souvent installés de manière illégale,

- voyant que les gens négligent un peu ses affreux centres excentrés, investit et colonise les centres villes et les quartiers populaires, ....

Et observant par ailleurs que le système économique et social actuel

- nous a enfermés dans des "bulles" de plus en plus restreintes, poussés à être indifférents à ceux qui ne font pas partie de notre cercle de connaissances, empêchant la solidarité, les rencontres, les débats, échanges d'idées et d'expériences, - nous a complètement déshabitués à organiser des choses ensemble, à construire des projets qui répondent à des intérêts communs malgré nos différences et nos désaccords,

...des gens ont commencé à apprendre modestement l'organisation horizontale, autour de ce qui nous rassemble tous : l'alimentation.

En achetant de bons produits, sains et les plus locaux possibles : soit directement aux producteurs, soit par l'intermédiaire de petites centrales d'achat qui sélectionnent des producteurs respectueux des travailleurs et de l'environnement (ce qui va ensemble), et ne leur mettent pas la pression pour baisser leurs prix.

Les GASE (groupement d'achat service épicerie) sont un exemple facile à mettre en place, à partir du moment où on trouve un lieu.

On ne peut y proposer que des produits secs dans la mesure où on ne dispose pas de matériel pour conserver les aliments frais, mais les AMAP (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne) sont complémentaires des épiceries.

Si toutes les personnes, qui d'une part déplorent la disparition du fameux "lien social", et d'autre part sont en désaccord avec les agissements de la grande distributions et leurs conséquences dramatiques, mettaient leurs actes en cohérence avec leurs idées, ce serait un bon début !

Comme disait Coluche : "Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent plus de saloperies pour que ça ne se vende pas !"

Lire "les coulisses de la grande distribution" de Christian Jacquiau, Ecouter les émissions de là-bas si j'y suis sur les méthodes de carrefour :

Gaston est un ancien vigile chez Carrefour. Son objectif : « shooter » du personnel. Et pour ça, à la demande de son chef, il n’a pas lésiné sur les moyens : caméras cachées, filatures en ville, planque dans des cartons la nuit… A lui tout seul, il est parvenu à « shooter » 37 employés en un an. Aujourd’hui, il parle… parce qu’il s’est fait virer à son tour… Vigile chez Carrefour, Régis a effectué des missions un peu partout en France : à Lyon, Reims, Douai, La Ciotat… Il s’est caché dans des coffres de voiture, a filé des couples, posé des caméras et des micros, tout ça dans un seul but : virer des cadres. Maintenant, il parle. Parce qu’il n’a pas obtenu son poste de cadre chez Carrefour. Parce que, aussi, son chef est venu menacer sa famille. http://la-bas.org/re-ecouter/les-emissions/2007-08/mars-171/les-james-bond-positifs-2-1394 des infos ici

exemples de GASE parmi d'autres : Le pot commun Le champ commun L'indépendante


0 vue

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg