• Anonyme

Le capitalisme n’est pas bon pour la santé... (mais le salaire à vie, oui !)


Demandeur d’emploi depuis plusieurs années, j’en suis bien sûr arrivé à me poser la question de l’impossibilité d’inverser la courbe du chômage… Je ne suis pas plus bête qu’un autre, je me rends compte que la conjoncture économique s’est inversée depuis quelques dizaines d’années… Néanmoins, la France avait réussi à développer des potentiels de croissance constituant toujours des viviers d’emplois remarquables, justement grâce à la cotisation sociale, à la planification économique et à la généralisation des couvertures sociales. Mais comme souvent dans ce pays, on a fait les choses à moitié !Le capitalisme n’est pas bon pour la santé mais le salaire à vie, oui !

Pourquoi n’a-t-on pas persisté dans cette voie en étendant la cotisation sociale à la totalité du PIB ? On aurait édifié d’autres hôpitaux à la place d’en fermer, étendu notre réseau de chemins de fer au lieu de jeter toujours plus de camions sur les routes, préservé les commerces de proximité plutôt que d’ouvrir d’innombrables et lugubres centres commerciaux, créé le réseau de télécommunications le plus dense au monde, y attirant par conséquent plus d’acteurs dans la téléphonie mobile et Internet et apporté un nouveau droit de l’homme : le salaire à vie. Mais les charges sociales auraient alors plombé les comptes de résultat des entreprises, l’emploi y aurait gagné, mais la part des profits se serait réduite à zéro. L’horreur absolue…

Il semble évident qu’une entreprise cotée en Bourse ne peut prospérer sans distribuer de dividendes aux actionnaires, et que les grands groupes se seraient détournés du marché français en quelques semaines. Un artisan, en revanche, s’en moque et je n’aurais pas le souci de trouver moyen de vendre mes logiciels, mes romans, mes poésies : le salaire à vie suffirait à la mienne. Ce qui suppose (au niveau macroéconomique) de s’abstraire de la propriété privée lucrative des moyens de production et ça, c’est vraiment l’horreur, le cauchemar intégral ! Pas pour moi qui n’avais rien, bien sûr ! Mais pour une immense majorité de gens : propriétaires terriens, capitaines d’industrie, et surtout leurs employés qui se seraient alors retrouvés dans ma situation, au chômage.

D’autant plus que la mienne avait évolué en héritant de mes parents. Je me suis retrouvé piégé dans le capitalisme, ayant charge de biens dont je ne peux pas tirer assez de revenu pour me permette de subsister, et dépendant donc toujours des allocations de chômage. Mais avec cette anomalie, qui fait que la totalité de mes revenus va dépasser le plafond pour continuer encore à les percevoir. Devenu capitaliste à l’insu de mon plein gré, je vais être plus pauvre qu’avant ! Un comble… Réseau Salariat me propose alors de changer les termes de l’équation qui me taraude. Ne plus se préoccuper des grandes entreprises du CAC40, de leur insertion dans la compétition internationale, mais du problème des millions de gens pris au piège, comme moi.

L’emploi, le crédit, le logement et sa propriété ne sont pas des vecteurs d’insertion sociale viables, pas plus qu’ils ne sont soutenables par la grande majorité des acteurs économiques. Le capitalisme n’est pas bon pour la santé.

Anonyme, janvier 2016


0 vue

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg