• ASAV

Au fil de la plume


Dans cette nouvelle rubrique, nous posterons les échanges que nous avons avec les personnes qui nous contactent par l’intermédiaire du site avec les réponses que nous leur faisons.

La valeur

Le 23 novembre 2015 15:28, Sébastien a écrit :

Bonjour,

Je ne sais pas si c'est l'endroit pour faire ce type de demande, mais comme je ne sais pas comment vous joindre autrement, je le fais par cette voie-là. En fait, j'aurais besoin d'une précision théorique qui me permettrait de comprendre entièrement votre travail; selon vous, le travail crée de la valeur, et c'est en transférant la somme des valeurs créées, c'est-à-dire le PIB, vers une caisse de cotisation, que nous pourrons financer le salaire à vie.

Réponse : Oui, ce qui est proposé c'est de transférer 60% de la VA dans une caisse des salaires.

Or, je n'arrive pas à comprendre en quoi, par exemple, une femme de ménage crée de la valeur ; ou plutôt, je ne vois pas comment la création de la valeur opérée par une femme de ménage pourrait être "utilisée" pour une cotisation. C'est-à-dire que s'il s'agit d'une valeur, ce sera pour moi une valeur abstraite, qui n'a pas de support tangible, et donc qui ne peut s'échanger. Le travail d'un ouvrier crée de la valeur, mais cette valeur prend la forme concrète d'une marchandise, et peut donc par suite rapporter physiquement une valeur à celui qui la vend, sous forme de monnaie. Mais la valeur qu'a créée la femme de ménage, comment l'échange-t-on ?

Réponse : Un ouvrier, la femme de ménage font l'un une marchandise, l'autre un service. La valeur économique se matérialise ou concrétise au moment du paiement. Le patron de l'ouvrier calcule sa VA en y incluant salaire, cotisation et son profit. Dans le cas de la femme de ménage la VA sera son salaire et la cotisation. Si elle travaille dans une entreprise il faudra y ajouter le profit de l'entreprise.

Un capitaliste qui emploie une femme de ménage ne peut pas faire de plus-value, puisqu'il n'a aucune marchandise qu'il puisse revendre plus cher que la force de travail de la femme de ménage.

Réponse : Effectivement voir juste au-dessus.

Si donc cette femme de ménage produit effectivement de la valeur, quelle forme prendrait celle-ci ? De plus, comme il semble que le salaire à vie reconnaîtrait le travail libre, est-ce à dire que, moi qui entretient mon jardin, ou qui nettoie ma maison, ou qui fait un barbecue, etc, c'est-à-dire qui exerce un travail libéré de l'emploi mais à mon seul usage personnel, est-ce à dire, donc, que ce travail précis créera aussi de la valeur ?

Réponse : La valeur crée est matérialisée pour le retraité par la somme qu'il reçoit en fin de mois m. Cette somme se trouve dans les cotisations du mois m-1, et qui sont une part de la VA de ce mois m-1.

Si non, alors quel travail crée de la valeur ? (en fait c'est peut-être cela le fond de ma question)

Réponse : Tout travail crée de la valeur. On peut distinguer valeur d'usage (tondre la pelouse, etc) et valeur économique contre monnaie. Bien cordialement Claude

Je vous remercie de votre attention ; par ailleurs, je voulais vous faire part de l'immense intérêt que j porte à l'ensemble de votre travail, trop peu connu à mon goût. Je trouve que, en redonnant une utopie à la gauche critique, vous lui redonnez par la même occasion un souffle et une vitalité que l'on aurait pu croire perdu (ou vaine, puisqu'une opposition qui ne fait que critiquer est forcément incomplète). Cordialement, Sébastien


0 vue

Salaire à Vie

Association loi 1901

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
Logo ASAV.jpg